Basse-Vision.info, Le Village Basse Vision par MIEUX VOIR

 

Aides techniques

 


Pour vous permettre de mieux relier ces aides techniques avec les difficultés que vous éprouvez pour accomplir telle ou telle activité, nous avons pris le parti de vous les présenter en fonction de leur utilisation.

A l’extérieur :
Lorsque vous sortez de chez vous, vos gênes principales sont l’agression de la lumière du jour ou de la lumière artificielle (magasins, éclairages urbains) et l’impossibilité de reconnaître les personnes que vous croisez et les informations écrites sur des affichages.

- Dans la lumière solaire, il faut surtout vous protéger des rayons ultra-violets, invisibles pour l’œil humain, et de la lumière bleue, la plus diffusée dans notre atmosphère. Ce sont ces longueurs d’onde qui sont les plus agressives pour les cellules de votre rétine. En l’absence de toute pathologie,l’œil résiste naturellement à cette agression. Dans le cas contraire, on constate une baisse de la vision, une diminution des contrastes, une impression de brouillard, de flou, etc. A cela s’ajoute le passage de l’ombre à la lumière, les forts éclairages des magasins, les jours de ciel gris et bas, et le stress de la traversée de rues.

La seule solution, actuellement efficace, pour remédier à ces perturbations limitant votre autonomie, est apportée par le port de filtres protecteurs, dont les couleurs vont du jaune au brun foncé en passant par l’orangé. Ils stoppent toute pénétration des rayons UV et de la lumière bleue dans votre œil. Ces filtres vous permettront à la fois :
- d’améliorer le confort rétinien quelle que soit l’intensité ou le type de lumière (naturelle ou artificielle),
- de mieux résister aux passages ombre-lumière, chez vous ou à l’extérieur,
- d’optimiser les contrastes et les reliefs (descentes de trottoir, d’escalier, différences de couleurs et de niveaux sur le sol, etc.).


En pratique, l’opticien spécialisé vous proposera d’essayer et de comparer toutes les couleurs, en faisant avec vous quelques pas à l’extérieur du magasin. Il pourra, éventuellement, vous confier, deux-trois jours, la teinte choisie si vous désirez la tester dans votre vie quotidienne. Nous déconseillons les verres qui se teintent au soleil, car ils nécessitent un temps d’attente à chaque coloration ou décoloration. Nous vous recommandons de porter, le plus souvent possible ou toute la journée, une teinte claire, et selon votre sensibilité au soleil, une seconde paire en verres plus foncés.


Une fois ce choix fait, il restera à trouver la ou les montures bien enveloppantes, proches des sourcils, et munies de branches larges empêchant toute entrée de lumière, poussière, vent, sur les côtés et vers le haut. Une casquette, un chapeau à larges bords ou une visière compléteront votre protection.


En déplacement, si vous voulez prendre une information :
- Rapprochée, par exemple dans les magasins pour lire un document, vérifier la date de péremption d’un produit, sa composition, son prix, ou contrôler le rendu de monnaie, etc. Il existe des petites loupes éclairantes à main qui se logent très facilement dans la poche ou le sac à main.


- Lointaine, par exemple dans les gares, les aéroports, stations de bus pour lire les panneaux, dans les vitrines pour repérer un objet ou un prix, devant une sonnette pour lire le nom, etc. l’opticien spécialisé vous présentera différentes petites jumelles monoculaires tenant facilement dans le poing.


Sachez enfin, pour clore ce chapitre sur les aides d’extérieur, qu’il n’existe aucune solution pour la conduite automobile, traverser les rues en toute sécurité ou reconnaître telle ou telle relation que vous croisez sans lui dire bonjour. Malgré tout, la rééducation orthoptique vous permettra de mieux utiliser votre regard pour gagner en autonomie.

Au domicile
L’éclairage :
Pour retrouver, chez vous la même «vision» que celle obtenue chez les professionnels (rééducateur et opticien), il vous faudra impérativement un éclairage approprié. La lunette, la loupe, la lunette-loupe, etc. vous apportent la «quantité de vision», alors que l’éclairage vous garantit la «qualité visuelle», c’est-à-dire un meilleur contraste, une fatigue moindre, une vitesse de lecture constante, et une endurance optimale.

Cette source lumineuse idéale ne pourra pas se trouver dans toutes les pièces de votre habitation.
Il vous faudra l’installer dans un endroit calme, qui deviendra votre espace de travail privilégié (bureau, table, fauteuil, etc.), où vous pourrez trouver, à toute heure de la journée, vos aides visuelles, vos lectures (journaux, magazines, dictionnaire), vos documents administratifs, vos crayons, vos aiguilles à tricoter, etc. Cette organisation, un peu contraignante au début, est la seule capable de vous permettre d’optimiser vos capacités visuelles.

En fonction de vos activités, nous vous recommandons deux types d’éclairage :
- pour la lecture fine, l’écriture, les mots croisés, le dessin, ou toute autre activité manuelle rapprochée nécessitant un maximum de précision, nous recommandons une lampe halogène basse tension, donnant un faisceau lumineux très concentré.

La zone éclairée ne doit pas être réfléchissante, et l’ampoule de la lampe devra être cachée par un filtre protecteur afin d’éliminer tout risque d’éblouissement. La lampe sera placée de préférence derrière ou sur le côté opposé à la main qui écrit. Le capot protégeant l’ampoule étant toujours situé plus bas que le visage de l’observateur.

- pour les travaux manuels ou ménagers demandant une plage d’éclairement plus large, notre choix se portera sur un éclairage type fluorescent stabilisé.


Les lunettes de lecture :
Avant de passer à l’essai d’aides optiques plus contraignantes, l’opticien spécialisé pourra vous proposer, si vos capacités visuelles le permettent, des lunettes munies de verres de très forte puissance, afin de vous soutenir dans les lectures devenues fatigantes, voire impossibles avec vos lunettes.


Les loupes de lecture :
Lorsque ces lunettes de lecture ne conviennent pas, vous devrez envisager, pour relire ou écrire, d’utiliser une aide grossissante (loupe de lecture, lunette-loupe, agrandisseur).

La loupe éclairante halogène que l’on pose sur le texte est la plus utilisée en cas de lunettes trop faibles. Ce système, dont le rendu lumineux est proche de la lumière du jour, associé à une loupe pour laquelle la mise au point est fixe, donne un excellent confort de lecture. Selon vos habitudes vous pourrez soit lire à plat sur une table, soit sur un plan incliné avec un pupitre. Ces loupes, reliées au secteur, vous procurent un éclairement toujours parfait, contrairement aux loupes à piles qu’on oublie parfois d’éteindre…l

Les lunettes-loupes :
Elles permettent de conserver vos mains libres pour tenir un crayon, votre journal ou un outil de travail manuel. Il existe différents systèmes grossissants, analogues à ceux utilisés par les horlogers, que l’on fixe dans une monture. Il faut les utiliser systématiquement avec un fort éclairage halogène. La distance de lecture ou d’écriture sera réduite et variable selon le grossissement nécessaire. Le champ visuel qu’elles procurent sera plus restreint qu’à travers les loupes de lecture. Seule la rééducation orthoptique permettra d’atténuer ces contraintes.

Comme les loupes citées plus haut, ces lunettes-loupes restent des aides ponctuelles pour les personnes désirant lire quelques articles, prendre connaissance de leur courrier, lire le programme télé, ou dans certains cas faire des mots croisés.

Les agrandisseurs électroniques :
Cette catégorie d’aides visuelles, la plus récente sur le marché, est devenue, en quelques années, la plus riche et la plus inventive en terme de modèles.

Elle se décline en trois familles :


- les loupes électroniques sont constituées d’une petite caméra (reliée à la prise péritel de votre téléviseur), que l’on déplace sur le texte à lire, en suivant les lignes de gauche à droite. Cette caméra transmet au téléviseur une image agrandie du texte, que l’on pourra observer sur l’écran.


- les loupes électroniques portables disposent d’un écran permettant de lire le texte agrandi. On la déplace sur la page de gauche à droite, comme la caméra du modèle précédent. Utilisables, pendant 3 heures en totale autonomie (train, voiture, villégiature), elles se rechargent sur le secteur comme un téléphone portable, et disposent de plusieurs grossissements.


- les agrandisseurs compacts disposent d’un écran intégré, solidaire de l’appareil, sous lequel on place le texte qui sera lu par la caméra.

Les aides pratiques :
Il sera impossible de dresser ici la liste des aides pratiques que vous trouverez généralement auprès des associations ou des revendeurs d’aides visuelles. Citons par exemple les réveils, montres ou balances parlants, les jeux de société agrandis, les guide-mains et guide-lignes pour l’écriture, les guide-chèques, les enfile-aiguilles, les ustensiles de cuisine adaptés, etc. Vous pourrez trouver également des pupitres, des téléphones à grosses touches, des loupes éclairantes pour travaux manuels et des miroirs grossissants.

Faire votre sélection parmi toutes ces aides susceptibles de vous apporter plus de confort et d’indépendance dans votre vie quotidienne doit vous sembler bien difficile, à la lecture de cet inventaire. Soyez rassuré, la solution qui vous convient sortira tout naturellement des examens et essais comparatifs que vous ferez sous le contrôle de l’opticien spécialisé et du travail rééducatif conduit par l’orthoptiste. En dehors de ce protocole, validé par votre ophtalmologiste, vous ne parviendrez pas à optimiser efficacement votre reste visuel.



Vous comprenez mieux pourquoi l’achat de tel ou tel matériel par une tierce personne, désirant vous venir en aide, est dans ce domaine à éviter.

La rééducation orthoptique «basse vision»
Une fois les aides visuelles définies avec votre opticien spécialiste, l’étape la plus importante sera celle de la rééducation personnalisée, sous la conduite de l’orthoptiste. Ces séances, qui pourront bénéficier d’une prise en charge, sont au nombre de 10, à raison d’une par semaine, et durent environ une heure. Si vous avez des difficultés pour vous rendre à son cabinet, le rééducateur pourra se déplacer à votre domicile.



Il vous apprendra à mieux mobiliser votre regard par des exercices oculaires appropriés, afin de parvenir au maximum d’autonomie dans votre vie quotidienne et à utiliser efficacement les appareillages que vous prêtera l’opticien. Selon les progrès réalisés, l’orthoptiste et l’opticien pourront être amenés à modifier le matériel prêté lors des premières séances.

Ainsi, à l’issue de cet apprentissage, vous pourrez, en toute connaissance de cause, envisager, en accord avec votre rééducateur, de faire l’acquisition du même type de matériel que celui utilisé le temps de votre rééducation.

Conclusion
En conclusion, revenons sur quelques idées reçues.
- L’âge n’est pas un frein pour cette démarche. La pratique quotidienne, selon le rythme de chacun, entouré par des professionnels, ne peut que conforter les performances de l’œil.- L’œil n’a pas besoin d’être «économisé». Il faut utiliser vos yeux dans toutes les activités de la vie quotidienne. Au même titre que les autres organes de notre corps, l’œil doit rester actif pour être efficace.
- La télévision doit être regardée d’aussi près qu’il est nécessaire pour apercevoir, sans fatigue, les images. Les picotements que vous pourriez ressentir après plusieurs minutes d’observation, dus à un manque de larmes, sont à signaler à votre ophtalmologiste.

Seule votre volonté de «revoir autrement», de ne plus être obligé de solliciter un parent, un voisin ou une aide ménagère pour lire votre courrier et faire les tâches ménagères de base, vous permettra, avec l’aide de techniques et d’appareillages adaptés, de maintenir votre autonomie.

Daniel Dupleix

Retour

 

Laisser un commentaire ci-dessous :



Laisser un commentaire

 

 
 
 
 
 

© Copyright 2010-2013 - Theme by DirectoryPress 1.4 - Developpement par Mark Fail Site Map |